Comprendre ce qu’est une prise de participation au capital

Comprendre ce qu’est une prise de participation au capital

On parle de prise de participation lorsqu’une société fait appel à des investisseurs extérieurs pour financer son capital. Cette méthode est particulièrement appréciée par les entreprises qui peinent à obtenir des crédits auprès des institutions financières, compte tenu du risque important que représente leur activité.

Prise de participation au capital vs crédit

Pouvant également intervenir dans le cadre d’une opération de «capital risque», la prise de participation au capital d’une entreprise consiste à apporter des fonds pour entrer dans le capital. Ce mode de financement est particulièrement intéressant pour les sociétés nécessitant un capital de départ plus important que la somme que le créateur est en mesure d’apporter.

Contrairement au crédit qui doit être remboursé (restitution de la somme empruntée et versement d’intérêts), la prise de participation ne présente aucune garantie pour l’investisseur (appelé dans certains cas «capital-risqueur»). En effet, cette opération n’assure ni le versement d’intérêts, ni même le remboursement du montant investi. Ainsi, la prise de participation ne nuit pas à la trésorerie de l’entreprise et ne diminue pas sa capacité d’emprunt, bien au contraire!

Les avantages pour l’entreprise

La prise de participation au capital présente plusieurs avantages pour la société :

  • Un capital plus important : grâce aux prises de participation, une entreprise peut avoir davantage de fonds propres pour démarrer son activité, ou même pour se développer. Ce type de financement est particulièrement avantageux pour les start-ups ou les entreprises faisant beaucoup de recherche et développement, face auxquelles les banques sont généralement frileuses.
  • Un meilleur accès aux prêts : la présence d’un investisseur professionnel parmi les actionnaires d’une société a tendance à rassurer les organismes financiers, qui sont alors plus enclins à accorder des prêts. La prise de participation améliore donc l’accès au crédit de l’entreprise.
  • Un réseau de professionnels : souvent, les investisseurs ont un rôle actif dans l’entreprise à laquelle ils participent. Ils partagent ainsi leur expérience (gestion, financement, développement, marketing, etc.) et font également profiter la société de leur réseau professionnel. La contrepartie est que le capital-risqueur a un droit de regard sur le fonctionnement de l’entreprise.
  • Qui sont ces investisseurs ?

    Une prise de participation au capital d’une entreprise peut être réalisée par :

  • Des personnes physiques, communément appelées des «business angels», qui investissent une partie de leur patrimoine financier.
  • Des sociétés ou des fonds de capital-risque (SCR).
  • L’intermédiaire de fonds communs de placements et d’investissement.
  • Ces acteurs décident d’investir sur base du business plan présenté par l’entreprise. Généralement, plusieurs investisseurs se complètent, afin de mieux répartir les risques.

    La rémunération des investisseurs

    L’investisseur n’a aucune garantie de remboursement ou d’intérêts, ce qui constitue un risque important. Sa prise de participation doit donc être rémunérée à un niveau suffisant pour être rentable. Concrètement, un investisseur peut être rémunéré de deux façons.

    La première, sous forme de dividendes. Lorsque la société réalise assez de bénéfices, la partie distribuable est répartie entre les différents investisseurs, à hauteur de leur participation. Puisque l’investisseur n’a aucune garantie de rémunération, le rendement de l’entreprise doit donc être suffisant pour compenser le risque encouru.

    La seconde, sous forme de plus-value. Quand l’investisseur décide de revendre ses parts à un tarif plus élevé que celui auquel il les a acquises, il réalise une plus-value. Aussi, si leur valorisation a été importante, le rachat des actions peut représenter une somme conséquente pour l’entreprise.

    La prise de participation au capital permet donc aux entreprises d’accéder à un financement suffisant pour démarrer ou développer leur activité. Les investisseurs peuvent être des personnes morales ou physiques, qui apportent des fonds, mais aussi leur expertise et leur réseau. Le risque encouru est rémunéré soit par des dividendes (directement liés aux bénéfices), soit par la plus-value générée par la revente des actions.



    Inscrivez-vous à notre infolettre

    Inscrivez-vous à notre infolettre

    Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles de notre cabinet avocats.

    Merci!